• damien dubourg

Et si Internet n'existait pas ?

Comme beaucoup de jeunes de son âge, Rosa est pleine d’ambitions et de rêves.

Cela fait maintenant 2 ans qu’elle étudie le webdesign,

ça la passionne, mais elle en a marre.


Elle a assez étudié comme ça, place au concret.

Être indépendante et créer sa boîte, c’est ça qu’elle veut.


« C’est décidé. J’arrête les études et je me lance ! Dit-elle. »


Site web, portfolio, réseaux sociaux… Elle est à fond !


Grâce à son père, elle trouve son premier client.


Ce dernier est ravi, Rosa travaille bien.

De suite après un second contrat,

où là aussi son travail est parfait.

Elle est contente, tout marche pour le mieux.


Seulement…


Pas de troisième client.


Pourtant, depuis le début, elle n’arrête pas d'alimenter ses réseaux, de compléter son portfolio, de promouvoir son site, de chercher des collaborations…


Mais toujours rien.


Alors elle ne s’avoue pas vaincue et redouble d’efforts.


Elle recherche et démarche à fond sur Internet et tous les réseaux.

Elle envoie des messages, des mails, commente, partage…


Mais non.

Rien ne marche.


Ça fait presque 2 mois qu’elle a terminé son dernier contrat et depuis…

C’est le néant.



Rosa n’a alors pas d’autre choix que de trouver un petit boulot de serveuse.

Elle dit que c’est temporaire, mais en réalité, elle n’y croit plus vraiment.


Un soir en rentrant du travail elle trouve son père assis sur leur petit banc devant la maison.

Le regard un peu dépité, elle s'assoit à côté de lui.


Son père la regarde et dit :


« Il y a 33 ans, comme toi, j’ai décidé de me mettre à mon compte.

Les débuts n’ont pas été simples, tu sais.

En tant que plombier, j’étais loin d’être le seul.

Et pourtant, j’arrivais à avoir des contrats.


- Comment faisais-tu ? Lui demande Rosa.


- De la même manière que je fais aujourd’hui.

Le plus simplement du monde.

Je vais voir mes clients.

Mais pour ma défense, nous avions un avantage par rapport à vous.


- Ah oui ? Lequel ?


- Il n’y avait ni Internet, ni les réseaux sociaux.

Vous les jeunes, vous passez votre temps sur vos écrans alors que des clients ça se trouve dans le monde réel.


- Mais Papa, tu ne comprends pas, maintenant tu peux littéralement vivre en freelance en ligne sans jamais rencontrer ton client ! S'exclame-t-elle.


- Et c’est ce que tu fais actuellement ?

Est-ce que tu es freelance à l’autre bout de la planète, l’ordinateur sur les genoux et les pieds dans le sable à siroter un cocktail ?


Rosa reste silencieuse.


- Laisse-moi te poser une question. Reprends son père.

As-tu besoin de milliers de clients pour vivre de ton activité ?


- Non, juste quelques-uns.


- Alors va les voir !

C’est de cette façon que tu peux te démarquer, en faisant l’effort de te déplacer, plutôt que de leur envoyer des mails ou des messages qui pour la plupart ne sont même pas lus.

Fais ce que très peu de jeunes de ta génération sont prêts à faire ! »


Cinq ans plus tard, Rosa n’est plus serveuse.

Elle est webdesigneuse et a créé sa petite agence avec 2 amies.

Elles ont toutes les trois décidé de ne travailler qu’avec des clients locaux en priorisant la relation client et le contact réel.


 

Peut-être aurions-nous besoin de nous détacher du numérique pour mieux rester connecter entre nous.


Peut-être que les générations à venir auraient tout intérêt à apprendre à faire sans Internet.


Peut-être que ce seront justement les personnes déconnectées du web qui seront les plus aptes à vivre de leur activité dans l'avenir.